Les foulées de la Zorn: le récit de mon Trail des Roches de Dabo (9ème/199)

Le trail des Roches du Dabo c’est la formule que j’ai choisi de courir ce dimanche. La course n’était pas prévue dans mon programme 2016 mais il  rentrait bien dans la préparation pour le trail de la Vallée de Lac dans 15 jours. Seulement 2 semaines après mon revers au 55km des Marcaires (récit ici),il était important de ne pas se laisser abattre et repartir rapidement vers l’avant. La formule était plus douce car moins longue (30km) moins grimpante (1000 m de d+) et globalement bien moins technique. Autre particularité et pas des moindres, c’est un trail qui part d’une région limitrophe à l’Alsace (L*********); on m’avait prédit le pire, mais non je n’y ai pas croisé de loups, de grizzlis, de monstres maléfiques et pas non plus de cabane de sorcières.

Il est bientôt 09h00, malgré un  petit déjeuner aussi copieux que pas bon (banane…) et une heure de route vers Schaeferhof, j’ai les muscles carrément engourdis, voir endormis… j’ai trouvé le sommeil à seulement 02h00 du matin pour un réveil à 06h00… C’est assez dur mail il faut vite faire l’impasse car le départ est dans quelques minutes. Patrick GRANDCOLAS, peut donner le top départ et après un tour d’étang de la Stampf nous nous rendons dans la forêt que nous ne quitterons plus jusqu’à la fin. Le sol est naturellement humide avec les pluies régulières de ces dernières semaines mais je m’attendais à pire, mes Mantra adhèrent à peu près. Nous longeons la Zorn sur les six premiers kilomètres de course. La course commence d’ailleurs sur son premier tiers par nous offrir 4 montées / descentes de quasiment mêmes caractéristiques (3km chacune pour environ 130 m de de+). J’ai un bon rythme dans les montées, mais les descentes sont  assez abruptes et techniques par endroit et ne me mettent pas à l’aise: je me fais dépasser de partout. C’est un point qu’il va falloir travailler et corriger. Ce n’est pas grave j’ai une patate hors du commun, du jus à revendre et je sais que j’arriverai à revenir sur ces concurrents. Nous sommes au kilomètre 11 et il est temps d’attaquer la plus longue mais aussi la plus linéaire montée de ce trail pour rejoindre le Dabo au niveau du 19ème kilomètre. Je me sens en forme et cette montée ressemble fortement aux terrains que j’ai coutume de pratiquer quand je m’entraîne au Mont Sainte-Odile. Je grimpe ces 8 km à une vitesse moyenne de 11.5km/h: la roche du Dabo se présente devant moi, sous le soleil. Je suis impressionné par la configuration et la beauté du lieu mais je ne parviens pas à faire la photo souvenir car l’écran du téléphone et mes doigts sont trop mouillés pour le déverrouiller. C’est le check-point et il est temps de redescendre. Un randonneur m’annonce que je suis en 11ème position, je suis étonné car je pensais figurer dans les 30 premiers. Qu’importe il faut descendre. Les 10 derniers kilomètres ne sont presque plus que du d-, ca va vite et je suis carrément seul de chez seul. Cela m’impose d’ailleurs d’être plus attentif au balisage car les autres coureurs devant moi sont loin et je n’ai plus personne à suivre. J’ai malgré les 20km dans les jambes une relative énergie et je profite pour accélérer une dernière fois car, plus vite on court, ben… plus vite on arrive. Je dépasse encore deux concurrents dont un qui est à l’arrêt pour cause de crampes. Nous traversons la commune du Dabo, et c’est une des seule et rare fois où nous courrons sur le macadam, au dépend des prés, sentiers et chemins forestiers. Nous fonçons ensuite vers le Ballerstein que nous contournons sous les gouttes de la roche pour rejoindre Schaeferhof. J’entends le speaker, je vois le stade de foot, l’étang de pêche et surtout l’arche d’arrivée que je franchis en 2h35 min à un quart d’heure du premier, Stéphane GUEHRAR. Je finis 9ème sur 199 traileurs.

Je suis assez satisfait de mon temps et classement mais il reste à travailler les descentes techniques que j’aborde avec le frein à main. Comme à l’accoutumée un bravo à l’organisation pour le balisage, l’ambiance, les ravitos,  et le parcours plus que sympathique avec l’exceptionnel Rocher du Dabo en récompense. Une belle découverte à ajouter sur les lieux à retourner rapidement. Prochain rendez-vous, le 87km du Trail de la Vallée des Lacs avec le porteur de gourde, alias le compétiteur, alias l’homme aux bandelettes roses Barbie et le vaillant, puissant et courageux Martel !

Les résultats sont ici, et ma trace et statistiques sont ici.

La page Facebook  de partage autour de la course à pied et du trail en Alsace: Page Facebook

 

Publicités

2 réflexions sur “Les foulées de la Zorn: le récit de mon Trail des Roches de Dabo (9ème/199)

  1. Pingback: Le Grand Trail de la Vallée des Lacs (87km /4500d+) : mon récit de course | VersLeSommet

  2. Pingback: 50km du trail du Pays Welche 2016, mon résumé de course. | VersLeSommet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s